Accueil du site
Accueil / Éducation arts et culture
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

L'éducation aux arts et à la culture

L'éducation artistique et culturelle à l'école a pour but la démocratisation culturelle et l'égalité des chances dans l'accès aux arts. Elle permet à tous les élèves de se constituer une culture personnelle riche et cohérente tout au long de leurs parcours scolaires. Elle vise à renforcer la pratique artistique, la rencontre des œuvres et la fréquentation des lieux culturels. Le développement des ressources, notamment numériques, doit accompagner ce plan d'action.
Elle concerne l'ensemble des acteurs éducatifs et culturels : les écoles et établissements scolaires, les établissements d'enseignement artistique, les institutions et structures culturelles, les artistes et associations.

Depuis la rentrée 2008 au primaire et la rentrée 2009 au collège, l'histoire des arts a été, dans le cadre de l'éducation artistique et culturelle, incluse dans les programmes et est devenue un enseignement à part entière. Les élèves bénéficient donc de ces enseignements, dans le but de leur donner « une meilleure ouverture sur le monde dans lequel ils vivent ». Une option « histoire des arts » est proposée dans certains lycées généraux et technologiques du plan « espoir banlieues ». Au collège, l'histoire des arts représente un quart du programme d'histoire et la moitié des programmes d'éducation musicale et d'arts plastiques. Une épreuve obligatoire est créée au diplôme national du brevet, à compter de la session 2010.

Le but est aussi de développer les pratiques artistiques à l'école et en dehors de l'école. Dans chaque discipline doit être prise en compte la dimension artistique et culturelle. Les élèves doivent ensuite pouvoir réinvestir leurs connaissances par une approche technique de la création, et par des échanges avec des artistes et des professionnels de la culture. Les actions éducatives doivent être proposées à tous les élèves puisque l'acquisition d'une culture artistique et culturelle solide est nécessaire pour réussir dans les meilleures conditions un parcours scolaire et professionnel. Cet apprentissage est d'autant plus déterminant dans les zones socialement défavorisées ou géographiquement isolées. La pratique artistique et culturelle représente 21 % des activités proposées dans les collèges et 26 % dans les écoles élémentaires de l'éducation prioritaire dans le cadre de l'accompagnement éducatif en 2008-2009.

Les classes à horaires aménagés sont favorisées, considérées comme participant à l'égalité des chances. Cela correspond à un nouveau cursus par an dans chaque département pendant cinq ans. Elles passeront ainsi de 80 en école élémentaire et 120 en collège à 800. Le dispositif est étendu au domaine du théâtre.

L'éducation artistique et culturelle privilégie le contact avec les œuvres, les artistes et les institutions culturelles. Chaque élève doit pouvoir se familiariser avec les grandes institutions culturelles régionales ou nationales au cours de sa scolarité.
Le partenariat est au cœur de la réussite des élèves dans le domaine de l'éducation artistique et culturelle. Ce partenariat se décline au niveau territorial comme au niveau local. Chaque projet d'école ou d'établissement doit intégrer un volet artistique et culturel. Il s'agit de définir des objectifs localement, en fonction des spécificités des territoires concernés.

Des ressources numériques et audiovisuelles sont mobilisées, par la création d'un grand portail de l'éducation artistique et culturelle et le développement de l'offre en matière de vidéo à la demande, sur les chaînes publiques.

L’accompagnement éducatif

Il s'agit d'accompagner les élèves du 1er degré (en Réseau d'Enseignement prioritaire) et les collégiens dans 3 domaines : l'aide aux devoirs, la pratique sportive, la pratique artistique et culturelle quotidiennement pendant 2h.
Les partenaires sont :
- les collectivités territoriales et autres
- les services de l'état
Le Département de l'Isère soutient les projets éducatifs d'accompagnement à la scolarité des 96 collèges.
Il souhaite ainsi favoriser l'éducation citoyenne, l'ouverture au monde et participer à l'épanouissement des 50 800 jeunes collégiens.
Pour cela, il a souhaité construire un partenariat, inscrit dans un cadre tri-annuel, et concrétisé par la signature d'un contrat, avec tous les collèges publics de l'Isère.
Les orientations de partenariat, voulues par le Département, se déclinent en quatre thématiques: "Le collège : lieu de vie", "Le collège : lieu de formation du citoyen", "Le collège : lieu d'ouverture au monde" et "Le collège : acteur développement durable".
A travers ce contrat, le Département souhaite soutenir tout particulièrement les actions proposées dans les trois domaines suivants : le soutien scolaire, l'orientation par l'ouverture sur le monde professionnel, la démarche d'Agenda 21 scolaire.
La définition, l'initiative et le pilotage des projets sont de la compétence de chaque collège. Leur inscription dans les programmes pédagogiques est validée par l'Education nationale.
Les équipes pédagogiques et éducatives de chaque établissement peuvent choisir des actions parmi les programmes qui sont proposés dans le guide des aides ou proposer des actions innovantes dans l'une de ces quatre thématiques.
En 2008, 1 127 000 € ont été répartis et 860 actions accompagnées dans les 96 collèges.

L’École ouverte

Lancé en 1991, le dispositif interministériel « École ouverte » permet d'accueillir dans les collèges et les lycées, des jeunes (y compris des élèves des écoles élémentaires) qui ne partent pas en vacances. École ouverte relève de la politique de l'égalité des chances et s'adresse en priorité aux enfants et aux jeunes qui vivent dans des zones socialement défavorisées ou dans des contextes culturels et économiques difficiles. En 2009-2010, 737 établissements prévoient de participer à l'opération. 66 % d'entre eux sont situés en zone d'éducation prioritaire ou en zone urbaine sensible (ZUS) et 196 collèges sont labellisés "ambition réussite". 77 % de ces établissements devraient participer à l'opération.
88 % des établissements qui participent sont des collèges, 7 % des lycées généraux et technologiques et 4 % des lycées professionnels. Ils prévoient d'ouvrir 3 353 semaines cumulées, dont 69 % dans les établissements de l'éducation prioritaire. Ils envisagent d'accueillir près de 158 000 élèves, dont au moins 57 % scolarisés en éducation prioritaire ou ZUS.
En 2007, 137 748 élèves des premier et second degrés ont été accueillis dans 745 établissements volontaires. 62 % de ces établissements relèvent de l'éducation prioritaire. Les activités proposées ont un caractère scolaire pour 35 % du temps en moyenne. Pour le reste, elles sont culturelles (27 % du temps), sportives (18 % du temps) et de loisirs (20 % du temps).
Le but de l'opération « Ecole ouverte » est d'améliorer les relations entre les jeunes et les adultes et d'instaurer ou consolider dans les établissements un climat de confiance. Elle tente de faciliter l'adaptation des nouveaux élèves et de construire un meilleur rapport au savoir. Enfin, elle donne une ouverture sur l'extérieur aux jeunes afin qu'ils modifient le regard porté sur leur établissement.
Les crédits alloués par l'État se sont élevés en 2007 à 15,8 millions d'euros.
Les partenaires sont les services déconcentrés, les collectivités territoriales, les associations d'éducation populaire et de jeunesse, les mouvements sportifs.

Les classes à projet artistique et culturel (PAC)

Ce sont des projets visant une création ou une production, et la rencontre avec un artiste. La classe à PAC permet à l'enseignant (premier ou second degré) de proposer, dans le cadre à la fois des horaires et des programmes, une expérience artistique et culturelle pour tous les enfants de la classe (et non les seuls volontaires). Elle se déroule avec le concours d'artistes et de professionnels de la culture qui interviennent entre 8 et 15 heures par an. Elle permet une diversification au-delà des domaines traditionnels obligatoires (musique et arts plastiques) en s'ouvrant à l'architecture, au cinéma et à l'audiovisuel, à la danse, au design, à la littérature, au patrimoine, à la photo, au théâtre...Elle favorise les initiatives de terrain et fait de chaque enseignant un acteur de ce projet dans sa propre classe.
Chaque projet artistique et culturel est unique car il est le fruit du partenariat entre un enseignant et un professionnel de la culture, et qu'il fait appel à l'initiative des élèves.
Le rectorat, la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) et les collectivités territoriales valident les contenus et les financements des classes à PAC. Lancé en 2000, ce dispositif est toujours d'actualité et prend tout son sens dans le cadre du nouveau plan d'action pour l'éducation artistique et culturelle.
En Isère, l'intervention du Département de l'Isère porte sur les projets ayant fait l'objet d'une validation et d'un financement par la commission de sélection de l'Education nationale et s'élève au maximum à 50 % du montant de la participation de l'Etat. Elle implique également une participation des communes ou des structures intercommunales.

L’atelier artistique

C'est un projet annuel à l'adresse des collégiens et lycéens volontaires, hors temps scolaire. Dans le domaine de la création comme dans celui de l'administration, les ateliers artistiques doivent comporter un certain nombre de caractéristiques. Tout d'abord, ils doivent être centrés sur la pratique, ouverts sur l'environnement culturel, intégrer dans la mesure du possible les nouvelles technologies et être installés dans des locaux adaptés et équipés spécifiquement. Ils doivent aussi être placés sous la responsabilité d'un enseignant, qui peut constituer une équipe pluridisciplinaire en s'assurant la collaboration d'autres enseignants. Ces ateliers doivent reposer sur un projet annuel lui même inscrit dans le projet d'établissement. Ce projet est présenté en conseil d'administration selon la procédure en vigueur. Les ateliers artistiques bénéficient aussi d'un partenariat avec des intervenants qualifiés relevant du secteur artistique et culturel. Ils doivent être validés par les DRAC. et favoriser le partenariat.
Le partenariat n'est pas obligatoire au collège lorsqu'il s'agit des disciplines artistiques dotées de personnels spécialisés (arts plastiques, éducation musicale) mais il est indispensable dans tous les autres cas.
Pour les partenaires, la prise en charge est assurée soit par les rectorats, soit par les DRAC, soit par les deux, en fonction de l'accord négocié localement. Peuvent également participer au financement les collectivités et des partenaires privés. Des expositions publiques permettent de valoriser le travail réalisé. Les efforts des élèves sont aussi évalués suivant une grille précise d'évaluation (savoirs et savoir-faire artistiques et culturels, expérimentation et innovation, expression personnelle au sein du groupe).Une mention est portée au livret scolaire de chaque élève concerné et prise en compte dans son évaluation globale.

Charte “Adopter son patrimoine”

La charte "Adopter son patrimoine" définie conjointement par les ministères de l'Education nationale et de la Culture vise à l'éducation des jeunes au patrimoine de proximité et à leur environnement quotidien. Les élèves peuvent découvrir et étudier un site, un édifice, un monument ou un objet patrimonial dans le cadre d'un projet artistique et culturel (classes à PAC). L'opération mobilise les établissements scolaires, de la maternelle au lycée, en partenariat avec les collectivités territoriales et les institutions culturelles.
Les signataires de la charte sont le recteur d'académie ou son représentant, le directeur régional des affaires culturelles, le président du Département de l'Isère ou le maire. D'autres partenaires peuvent être associés : l'université, le centre régional de documentation pédagogique, les associations s'occupant de la valorisation du patrimoine...

Classes culturelles d'initiation artistique

Ce sont des classes transplantées d'une durée d'une semaine organisées comme les classes d'environnement en ce qui concerne l'hébergement et les règles de responsabilité et de contrôle.
L'organisme culturel d'accueil doit être choisi parmi ceux dont la DRAC atteste la qualité artistique. Les classes peuvent concerner une diversité de domaines artistiques.
Elles s'adressent, comme les ateliers, aux élèves du cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2) ou du cycle des approfondissements (cycle 3).
Elles s'intègrent également aux temps des enseignements et s'inscrivent dans le projet d'école.
Leur particularité réside dans le déroulement :
- Elles sont organisées de préférence au milieu des premier et deuxième trimestres de l'année scolaire, de manière à ménager des temps de préparation et d'exploitation suffisants.
- Elles supposent une rupture et un dépaysement (lieu et rythme différents), un travail des enfants avec un créateur (ou une équipe de création) ; une vie de groupe et une rencontre privilégiée pour les enfants avec des professionnels du secteur culturel
La D.R.A.C. et l'Inspection académique peuvent les subventionner.

Classes du patrimoine

Elles permettent aux jeunes de découvrir les richesses d'un site, son environnement, les témoins historiques et artistiques qui le marquent, la vie qui l'anime aujourd'hui.
Comme les classes d'initiation artistique, elles sont considérées comme une classe d'environnement, d'une durée d'une semaine.
Les classes patrimoine doivent :
- séjourner dans un site présentant un intérêt historique, architectural, archéologique, ethnologique, littéraire ou artistique,
- être intégrées à l'enseignement,
- mettre en œuvre des pratiques culturelles créatrices.
Les organismes d'accueil peuvent être :
- des centres permanents d'initiation à l'environnement,
- des associations de chantiers bénévoles,
- des monuments historiques publics ou privés,
- des centres culturels de rencontre,
- des organismes départementaux ou municipaux.
Ces classes obéissent aux mêmes objectifs et principes de mise en œuvre que ceux des classes d'initiation artistique.
La DRAC. et l'Inspection académique peuvent les subventionner.
Les partenaires sont :
- Le personnel des structures culturelles concernées,
- Les collectivités territoriales et les organismes culturels.

Le livret de parcours culturel du Plan départemental pour l’éducation artistique et culturelle

Le plan départemental pour l'éducation artistique et culturelle se base sur les déclarations faites dans les programmes scolaires 2008 :

« Les pratiques artistiques et culturelles, la rencontre et l'étude d'œuvres diversifiées relevant des différentes composantes esthétiques, temporelles et géographiques de l'histoire des arts, accroissent les possibilités sensorielles de l'enfant. Elles sollicitent son imagination et enrichissent ses connaissances et ses capacités d'expression ; elles contribuent à développer ses facultés d'attention et de concentration...
Ces activités s'accompagnent de l'usage d'un vocabulaire précis qui permet aux élèves d'exprimer leurs sensations, leurs émotions, leurs préférences et leurs goûts. Le contact avec des œuvres les conduit à observer, écouter, décrire et comparer...» (extrait des programmes 2008)

Ce plan a pour but de « permettre l'accès à la culture pour chaque élève, où qu'il soit, quel qu'il soit. », « favoriser la continuité des parcours artistiques et culturels des élèves entre l'école et le collège », « favoriser la rencontre avec des artistes ou des professionnels par le partenariat culturel ». Chaque élève doit donc bénéficier d'un parcours d'éducation artistique et culturelle dont il est l'acteur. Ce parcours se construit progressivement selon les activités de classes, les projets développés, les opportunités rencontrées et la réalité du contexte local.
Ainsi, en suivant et accompagnant l'enfant au cours de sa découverte du monde de la culture, le livret de parcours culturel lui permet de garder des traces de ses productions, de ses rencontres, de ses émotions... D'autres pistes l'incitent à vivre des démarches de création, porter un regard sur son parcours artistique et culturel, ou encore classer les œuvres, les artistes, par période, courants, styles...
Les enseignants bénéficient d'un accompagnement afin de construire des projets de classe, d'école et/ou en partenariat avec des artistes et des structures culturelles, et de mettre en œuvre une programmation cohérente de l'éducation artistique et culturelle. Ce livret incite aussi les enseignants à connaître les ressources culturelles du territoire ou du département, et à diversifier les domaines artistiques et culturels. Le but est d'utiliser des supports variés et de construire avec l'élève une sorte de « carnet de bord », pouvant être sous forme de port folio, de classeur, de livre objet etc. Il est possible d'effectuer un tri en fin d'année ou en fin de cycle, afin que l'élève ne garde que ce qui témoigne le plus de ses parcours artistiques et culturels.